Le Monténégro

      L’envie de partir au Monténégro nous est venue un soir en regardant le film «L’homme qui voulait vivre sa vie». Ce film tourné en partie dans les Bouches de Kotor nous a convaincu de nous y rendre en plein mois de décembre.

      Le Monténégro commence petit à petit à connaître le même sort que  Venise ou Dubrovnik. En saison estivale, les paquebots déposent des milliers de touristes. Néanmoins  le paysage y est encore totalement préservé.  Je pense que c’est une chance de pouvoir decouvrir  le pays hors saison.

Entre mer, lacs et montagnes, les paysages sont époustouflants. Nous ne nous attendions pas à voir une telle diversité.

      Si les monténégrins ont l’air distants et froids au premier abord, ils sont en réalité bien souvent gentils, chaleureux et ont envie de partager.

      L’hiver au Monténégro offre un tout autre panorama de celui que l’on a l’habitude de voir l’été sur les photos. La température (14 degrés), la couleur du feuillage et les feuilles tout juste tombées des arbres nous font presque penser que nous sommes en automne. Mais en s’enfonçant dans la montagne, la neige et les -12 degrés vous rappelle bien vite la présence de l’hiver.

      Notre road trip a commencé par une promenade autour de l’immense lac de Skadar qui s’etend jusqu’en Albanie. Personne à l’horizon, le silence y est roi. Vous apercevrez probablement des chiens errants comme partout dans le pays. L’impuissance face à leur regard plein de détresse m’a bouleversé.

Lac de Skadar

Vers 16h, la nuit commence à tomber. Pressés de découvrir les fameuses Bouches de Kotor, nous reprenons la route.

Sachez que la police est partout au Monténégro.  Nous avions lu avant notre départ que le permis international n’était pas obligatoire mais conseillé car en cas de contrôle car vous risquez une amende importante. La police nous a arrêté une fois mais nous a laissé repartir aussi vite sans même nous demander le permis.

En chemin, nous apercevons la jolie petite presqu’île Sveti Stefan qui se trouve dans la municipalité de Budva . Cet ancien village de pêcheurs est aujourd’hui privatisé par un complexe hôtelier.

      Même de nuit, nous étions émerveillés par la beauté du lac. Cela nous a incité à prendre la route qui longe les Bouches de Kotor (2 heures de route) jusqu’à Herceg Novi où nous avons passé la nuit.

     Le lendemain, après une visite de Stari Gràd, la vieille ville d’Herceg-Novi, nous décidons de profiter à nouveau des Bouches de Kotor en prenant cette fois ci le ferry qui vous permet de traverser en 15 minutes le lac afin de vous rentre à l’autre extrémité des bouches.

Traversée en ferry 

Cela nous a permis de refaire une partie de la route qui longe le lac jusqu’à Kotor et d’admirer le paysage de jour. L’eau du lac tantôt verte tantôt bleue est superbe. Vous aurez l’occasion en chemin de vous arrêtez dans l’un des villages typiques comme Perast.

Bouches de Kotor

Nous rejoignions le village de Kotor. Ce joli petit village perché dans des falaises de calcaire est certainement l’un des plus beaux à visiter. Il est d’ailleurs classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Après avoir sillonné les petites ruelles et observé les diffèrents édifices en pierre blanche, nous montons les nombreuses marches pour aller jusqu’au remparts. Les chats sont présents partout à Kotor et très appréciés. Un musée leur est d’ailleurs dédié.

Kotor
Chemin pour accéder aux remparts 
Vue sur le village de Kotor 

L’après midi, direction le mont Lovcen, il est possible d’y accéder par une route de montagne non loin du village de Kotor. Cette route réputée sinueuse ne nous a posé aucune difficulté. En empruntant cette route, vous surplomberez les bouches de Kotor.

Lors de notre montée en voiture pour rejoindre le mont Lovcen, le brouillard étant de plus en plus présent au point de ne plus rien voir du tout, nous devons malheureusement faire demi tour.

       Après un réveil ensoleillé à Danilovgrad, petit village perché dans la montagne, direction le monastère d’Ostrog. Cet impressionnant monastère de l’église Orthodoxe est construit dans la falaise du mont Ostrog. 

Danilovgrad 
Monastère d’Ostrog 
Vue depuis le monastère

      Le voyage se poursuit cette fois bien plus au nord du pays en direction du parc national du Durmitor dans les montagnes.

Après 113 km, nous arrivons dans le superbe parc national du Durmitor. Un véritable coup de cœur. La neige recouvre tout le paysage ce qui lui donne un charme fou.

Parc du Durmitor 

      Nous nous rendons au lac noir. Nous avons la chance de profiter de ce magnifique panorama. Le lieu est désert. Il est possible de faire le tour du lac en empruntant un chemin de 4 kilomètres.

Lac noir

Plus tard, nous en profitons pour aller voir le canyon de la rivière Tara qui est le deuxième plus grand du monde après le grand canyon aux États Unies.

Canyon de la rivière Tara
Rivière Tara

Ce soir là, nous avons dormi dans un petit chalet dans le petit village de Zabljak, à 5 minutes en voiture du parc national du Durmitor. L’accueil chaleureux du propriétaire et les petites attentions comme les bûches dans la cheminée avant notre arrivée nous ont particulièrement séduit. Tout cela pour la modique somme de 40€.

Notre superbe séjour s’achève sur les routes enneigées des montagnes. Nous reviendrons un jour pour découvrir le Monténégro en été.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *